J'ai testé les ateliers de sensibilisation aux micropolluants

Publié le 30/08/2022 par
Audrey
NATURE
Source d'eau La Plagne

En partenariat avec le SIGP, Veolia, le réseau d’éducation à l’environnement et au développement durable GRAINE & l’ASDER, La Plagne a proposé cet été à ses clients et habitants 6 ateliers de sensibilisation aux micropolluants dans l’eau.
Des ateliers expérimentaux : réalisés pour la première fois à La Plagne, ils ont vocation à être réalisés ensuite à plus grande échelle. J'ai testé ces ateliers, je vous raconte...

 

L'atelier se déroule en 4 phases

Débat mouvant

Après une introduction pour apprendre à se connaître (de façon très ludique, on se classe par ordre alphabétique de prénom et, c’est magique : on se met à discuter avec tout le monde), on attaque le débat mouvant.  Mais c’est quoi au juste un débat mouvant ?
C’est simple : pour comprendre ce qu’est un micropolluant, l’animateur nous soumet des affirmations : je me place tantôt à droite de la salle si je suis d’accord avec celle-ci, ou tantôt à gauche si je ne suis pas d’accord. Ensuite, on échange nos arguments (et on peut bouger si les arguments des uns ou des autres nous font changer d’avis évidemment). Au fil des questions, je me rends compte que la notion de micropolluants se précise, ...

CE QUE l'ON RETIENT ?

La complexité du sujet. Un micropolluant est toujours nocif, même à petite dose... Sa caractéristique principale est qu'il est nocif à faible dose et qu'ils se cumulent. Ce n'est plus "la dose qui fait le poison" comme le dit l'adage. 1 micropolluant associé à un autre, peuvent créer ce que l’on appelle un effet cocktail et devenir encore plus dangereux.

Les impacts négatifs multiples : impacts sur la fertilité, le développement, les organes, … Sur les humains mais aussi les animaux et plus globalement l’environnement.
A noter : le microplastique n’est pas un micropolluant, c’est une pollution différente (mais tout aussi impactante).

Où rejette t-on le plus de micropolluants : est-ce dans l’industrie, le secteur agricole, l’hôpital, la nature, la maison ? Le grand gagnant est : la maison ! Mais attention, on est bien d’accord, les produits qui en rejettent, ont été fabriqués quelque part …
Bon maintenant qu’on s’est dit tout ça, on peut agir ? OUI.

 

Le cycle de l'eau

Nous voilà maintenant dispatchés par groupe, et l’on nous distribue des étiquettes : station d’épuration, zone de captage, usine de reminéralisation*, distribution... A nous de classer ces étiquettes dans l’ordre. Après cela, et via l’outil pédagogique de la malle ricochet, on reconstitue ce cycle de l’eau sous forme de maquette : instant créatif. Moment de concertations et de partage en petits comités.

CE QUE l'ON RETIENT ?

A La Plagne, il existe 3 spécificités : une eau exceptionnellement pure, une usine de reminéralisation de l’eau & le bassin tampon d'assainissement.

*L’usine de reminéralisation existe car l’eau captée à La Plagne a une concentration trop faible en minéraux par rapport aux normes d’eau potable (c’est de l’eau qui provient en majorité de la fonte des neiges). Incroyable non ? L’eau passe ici dans un filtre calcaire pour la reminéraliser et donc la rendre -mieux- potable. Découvrez par ici le cycle de l'eau à La Plagne (stations d'altitude).

Le bassin tampon . Venez-vous à La Plagne en hiver ? Prenez-vous, vous aussi, votre douche en rentrant du ski en fin d’après-midi ? Votre voisin, lui, c'est plutôt lorsqu'il rentre de balade mais toujours en fin de journée ? Le voisin de votre voisin pour lui c'est juste avant d'aller dîner ? Vous voyez où l'on veut en venir...une grande partie des eaux usées partent en même temps dans le circuit direction la station d’épuration...le bassin tampon est là lui, pour éviter la surcharge !

La station d'épuration traite efficacement la pollution organique contenue dans les eaux usées. Cependant, elle n’est pas conçue pour traiter les  micropolluants (et les déchets comme les lingettes ! qui doivent aller à la poubelle) : ils passent donc dans la rivière...Mieux vaut donc éviter d’en générer, n’est-ce pas ?

 

Les micro-polluants dans la maison

Direction la maison pour cette troisième phase : où se cachent les micropolluants dans la maison ? A nous de les replacer dans les différentes pièces de la maison.

CE QUE l'ON RETIENT ?

Les micropolluants peuvent être générés par tout type de produits : médicaments, produits de maquillage, gels douche, shampoing, lessives, biocides utilisés dans nos jardins et pour le nettoyage des surfaces, ...

 

Recette produits naturel

Pour terminer, mise en pratique avec des tests de recettes avec des produits naturels.
Un spray multi-usage & un baume après-soleil facile à reproduire à la maison ! Testé et approuvé. Le gel d’avoine s’imprègne rapidement et laisse une peau bien hydratée.

CE QUE l'ON RETIENT ?

Un conseil : ne pas changer toutes ses habitudes en même temps : ça fait beaucoup ! Les petits pas, c’est bien, c’est là que tout commence.
Cf. Fiche sensibilisation faite par InfoNews et Marta /  Cf. Fiche Veolia ateliers

Vous pouvez retrouver de nombreuses recettes dans le guide de produits d’entretien écologiques publié par l’Instance Régionale d'Education et de Promotion de la Santé Auvergne Rhône-Alpes (IREPS ARA)

 

Quelques idées d’actions

On ressort de cet atelier rassuré.e.s : oui c’est inquiétant tout ça, mais oui on peut agir ! Motivé.e.s, on a plein d’actions possibles en tête. Cliquez ici pour afficher le mémo -Agir contre les micropolluants dans l'eau" réalisé par Veolia en partenariat avec le réseau GRAINE

Choix des produits

Utiliser le moins de sortes de produits possible et la quantité strictement nécessaire.

Favoriser des produits labellisés (ex : Ecolabel européen, Label écocert, etc.) ou bien composés d’un faible nombre d’ingrédients.

Laver sa voiture

Laver sa voiture dans une station prévue à cet effet (installations avec des circuits fermés). En effet, quand vous lavez votre véhicule dans votre cour par exemple, les micropolluants accumulés sur votre voiture (ex. métaux, HAP, …) et les produits de lavage, vont soit dans le sol, soit dans les réseaux d’eaux pluviales … et puis dans les rivières.

Laver son linge

A savoir : le vinaigre blanc est un excellent adoucissant (et il entretient votre machine !).

De nombreuses recettes existent pour créer sa lessive maison. Mais en attendant, préférez les lessives labélisées qui garantissent le respect de l'environnement et de la santé.

Se protéger du soleil

La crème solaire peut être dangereuse pour le milieu récepteur. Favoriser des produits BIO et mettre de la crème après et non pas juste avant la baignade, surtout dans nos lacs de montagne !

Nettoyer

Déboucher sa tuyauterie ? Un jeu d'enfant en versant du bicarbonate de soude (ou soude en cristaux) + 1L d’eau bouillante.

Nettoyant en tout genre : le vinaigre blanc est l'un des ingrédient de base. Notre petit conseil : ajouter une écorce d’orange ou de citron pour atténuer l’odeur de vos mélange à base de vinaigre blanc.

Vous pouvez retrouver de nombreuses recettes de nettoyant (multi-usage, vitre, WC, surface carrelées, liquide vaisselle, lessive) dans le guide de produits d’entretien écologiques publié par l’Instance Régionale d'Education et de Promotion de la Santé Auvergne Rhône-Alpes (IREPS ARA)

Article suivant